Le jour après Roswell

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Waneg
Administrateur
Messages : 119
Inscription : 08 avr. 2017, 12:00

#1

09 sept. 2017, 01:46

Ci-dessous figure le lien vers la traduction française du livre "The day after Roswell" (pdf), du colonel Philip Corso (1915-1998), un ancien officier des Renseignements de l'armée américaine. Lorsqu'il travaillait au Bureau des Technologies Étrangères (division Recherche et Développement du Pentagone), Philip Corso a eu en sa possession les documents relatifs au crash de Roswell ainsi qu'une bonne partie des débris prélevés sur le terrain immédiatement après. Lorsqu'il fut libéré du serment qu'il avait fait à son supérieur de garder tout cela secret jusqu'à la mort de celui-ci, il publia le livre en question dans lequel il raconte comment ce crash, et l'étude des appareillages trouvés à bord du vaisseau, avait permis un prodigieux bond en avant de diverses technologies telles que le circuit intégré - suivi d'une rapide évolution de l'informatique -, ainsi que la vision nocturne, le laser, la fibre optique, le kevlar et les technologies furtives. Il décrit en détail les entités biologiques extraterrestres qui pilotaient le vaisseau, la manière dont il pense que ce dernier fonctionne, comment la dissimulation des faits a été organisée par l'armée dès le premier jour, ainsi que la paranoïa dont faisaient preuve les militaires à l'époque, puisqu'ils partaient du principe que ces entités nous étaient hostiles et qu'il fallait tout faire pour contrer leurs sinistres ambitions (mais il semble que rien n'ait changé, malgré qu'aucune attaque de leur part n'ait été enregistrée depuis la date du crash, il y a 70 ans). Philip Corso parle également des raisons pour lesquelles les Américains tenaient tellement à envoyer des hommes sur la Lune : y construire une base militaire permanente, projet qui comme on le sait n'a jamais abouti. Ce document est donc d'une importance majeure pour quiconque désire connaître la vérité au sujet du crash de Roswell et de ses conséquences cachées sur plusieurs décennies.

Le jour après Roswell

Voir également la dernière interview de Philip Corso, sous-titrée en français, réalisée trois mois avant sa mort.

Répondre